Retour sur les ateliers

Retour sur le premier atelier « Communiquer pour rassembler » à Gatineau en juillet 2015

Avouons-le, proposer d’accomplir un survol complet des communications en trois jours était peut-être un peu prétentieux. La barre était haute en termes du nombre de notions à comprendre et à intégrer. Et pourtant, les participantes et participants au premier atelier « Communiquer pour rassembler » à Gatineau ont relevé le défi avec brio.

Nous sommes partis du fait que, peu importe les technologies utilisées, les fondements de la communication restent les mêmes. Ce qui permet à une personne de communiquer clairement un concept, ou d’attirer la sympathie d’un groupe de personnes en fonction d’une urgence sociale, reste fondamentalement similaire, que ce soit aujourd’hui ou il y a plus de trois mille ans.

Nous sommes persuadés que tout le monde peut deviner intuitivement ce qui favorise une bonne communication ou fait obstacle à celle-ci. Et effectivement, les participant-e-s ont rapidement identifié les atouts et faiblesses d’une équipe ou d’une campagne de communication. Leurs recommandations de base étaient en tout point similaires à celles d’experts en communication.

La preuve est une fois de plus réactualisée : « penser et réfléchir communication » est accessible à tout le monde. C’est avant tout une question de gros bon sens, d’écoute sensible du public cible et d’utilisation intelligente des divers outils promotionnels.

La question demeure : comment se fait-il dès lors que tant d’argent soit dépensé dans des campagnes de communication ineffectives?

C’est ce que nous avons tenté d’analyser tous ensemble durant l’atelier. Car pour un organisme confronté à d’importantes compressions budgétaires, la marge d’erreur est très étroite. Il ne s’agit pas uniquement d’identifier les actions de communication souhaitables, mais aussi d’éviter tout ce qui pourrait amoindrir l’impact d’une campagne de visibilité vitale pour la survie de l’organisation, ou encore engendrer des dépenses prohibitives.

Il s’agit donc de fonctionner en mode « économie maximale ». Fini le temps des gros budgets de publicité, du moins pour la majeure partie des organismes communautaires.

À ce titre la floraison de logiciels libres ou gratuits, combinée à l’accès sans frais aux médias sociaux, favorise le virage. Faut-il encore les apprivoiser. Nous sommes conscients que le défi est important pour beaucoup de responsables déjà submergés par d’importantes surcharges de travail et des réductions d’effectifs.

C’est une des raisons d’être de ce site : partager des approches simples et effectives pour communiquer rapidement l’essentiel d’un message.

En voici un exemple on ne peut plus simple : une série de témoignages diffusés en séquence sur un fond de couleur. Nous avons recueilli des commentaires des participant-e-s sur les fiches d’évaluation de l’atelier de Gatineau.

Puis nous avons utilisé le logiciel LibreOffice Impress, de la suite LibreOffice, équivalent gratuit de PowerPoint de la suite MicrosoftOffice, pour créer les images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités